The Siren : Kiera Cass

The siren

Bonjour à tous ! Je reviens vers vous avec une absence plus longue que prévu, je vais rapidement sortir un autre article pour compenser. Je viens en effet de partir en vacances en Norvège et le temps m’a manqué pour vous écrire…

Le livre « The Siren » de Kiera Cass m’est arrivé dans les mains lors de mon voyage récent avec une amie, je cherchais un livre en anglais à l’aéroport et, étant fan de la série « La séléction » de Kiera Cass, je me suis lancée !

La lecture, bien qu’en anglais est assez simple donc je vous conseille d’essayer si vous vous y connaissez un peu 🙂 !

 

SYNOPSIS

« You must never do anything that might expose our secret. This means that, in general, you cannot form close bonds with humans. You can speak to us, and you can always commune with the Ocean, but you are deadly to humans. You are, essentially, a weapon. A very beautiful weapon. I won’t lie to you, it can be a lonely existence, but once you are done, you get to live. All you have to give, for now, is obedience and time… »

The same speech has been given hundreds of times to hundreds of beautiful girls who enter the sisterhood of sirens. Kahlen has lived by these rules for years now, patiently waiting for the life she can call her own. But when Akinli, a human, enters her world, she can’t bring herself to live by the rules anymore. Suddenly the life she’s been waiting for doesn’t seem nearly as important as the one she’s living now. »

 

Traduction personnelle :

 

« « Tu ne dois jamais rien faire qui pourrait exposer notre secret aux yeux de tous. Ce qui signifie que de façon générale, tu ne dois jamais vous rapprocher d’humains. Tu peux toujours nous parler, et tu peux toujours communiquer avec l’océan, mais tu es mortelle aux humains. Tu es, par essence, une arme. Une très belle arme. Je ne vais pas te mentir, c’est une existence solitaire, mais une fois ton temps fait, tu obtiens la vie. Tout ce que tu peux donner, maintenant, c’est l’obéissance et ton temps… »

Le même discours a été donné des centaines de fois, à des centaines de jolies filles qui sont entré dans la sororité des sirènes.

Kahlen, qui a vécu par ces règles pour des années attends aujourd’hui patiemment la vie qu’elle pourra appeler sienne. Mais quand Akinli, un humain, entre dans son monde, elle n’arrive plus à se soumettre à ces règles qui on dicté sa vie. Soudainement, la vie qu’elle a attendu toutes ces années ne lui semble plus aussi important que la vie qu’elle est entrain de vivre. »

 

(Je ne dis pas que cette traduction est parfaite, il y a certainement une ou deux erreurs mais j’ai cherché à rendre l’idée générale 🙂 )

MON AVIS

Kiera Cass nous réinvente complétement le mythe des sirènes, en nous faisant suivre Kahlen, une jeune fille transformé en sirène dès le début du livre. Mais l’histoire est loin de ressembler à l’idée que nous nous faisons des sirènes : Avec ses sœurs sirènes Elizabeth et Miaka, elles ont une seule et terrible mission : nourrir l’Océan pour lui permettre de continuer à exister, sauvant du même coup le monde entier. Leur travail est très dur car elles doivent mener à leur pertes des bateaux entiers…

Cette histoire est très originale et plutôt sympathique. Mais j’ai quand même quelques petites choses à reprocher, nous en parlerons à la fin. Commençons par les bons côtés :

L’océan, est, je trouve, un personnage réellement intéressant. Bien que supposément le « méchant » de l’histoire, on se rend vite compte que sa relation avec Kahlen est réellement complexe. C’est presque un parent pour elle, ce qui rend l’histoire assez torturée. Les sœurs sirènes sont elles aussi vraiment cool et parfois un peu drôle, ce qui rehausse un peu la jauge « bonheur » de ce livre (je sais pas si on me comprends là aha 😉 ).

 

Kahlen est pour moi également très intéressante parce que pour une fois (ouiiii) elle se tient à ce qu’elle décide pendant presque tout le livre ! Elle est résignée, elle suit les règles et est très sérieuse (elle aime lire aussi, ça nous fait un point commun 😉 ). Ce n’est pas une cruche qui dit quelque chose et qui fait l’inverse. Ca fait d’elle une fille forte, mais triste. Tellement triste.

Je me rends compte en lisant ce livre que parfois, abandonner les règles c’est bien, et c’est pour ça que ce livre n’est que dans ma liste de bronze.

Pourtant l’histoire est bien, j’ai apprécié le livre, mais je l’ai trouvé extrêmement triste (dans la longueur). Ne vous inquiétez pas, aucun spoil sur la fin ici, je ne parle pas de ça mais surtout de l’ambiance générale du livre : C’est long et torturé, très torturé. On perd le côté drôle et plein d’énergie des personnages de la sélection qu’avait écrit Kiera Cass. C’était d’ailleurs ça qui m’avait motivé à lire ce livre. En réalité, l’ambiance du bouquin est bien plus réaliste qu’il ne le faudrait selon moi, ce qui fait que la romance est loin d’être au centre des préoccupations.

Mais ici le nombre de règles, aussi atroces les unes que les autres, transforme cette histoire en celle d’un petit soldat : Kahlen, qui les suit bien qu’elle ne les comprenne et ne les aime pas.

 

Difficile donc à lire car très frustrant.

 

Le meilleur point de cette histoire est Akinli, intelligent et craquant au possible, il apporte une note adorable à cette histoire et est prêt à accepter n’importe quoi pour Kahlen. Il est extrêmement compréhensif. Vous allez tomber sous le charme ! L’histoire comporte également un bon suspens, et une fin que j’ai malheureusement du mal à aimer. Je ne vous en dis pas plus !

 

Si jamais l’histoire vous tente vous pouvez le trouver en anglais ici :
The Siren ; Kiera Cass

 

Et il sort en français en septembre 2016 !

 

Bonne lecture et je vous retrouve dans la semaine pour 2 nouveaux articles, afin de compenser le temps perdu ! Sûrement des articles un peu différents que de simples revues 😉

Reste avec moi, le plus intéressant est à venir 😉

 

Lisa

Booksandchocolate

Amatrice de livre comme de chocolat au delà de la limite du raisonnable !
Je dévore les deux sans compter et ma meilleure amie est ma carte de médiathèque … ;)

Un commentaire

Laisser un commentaire