Will & Will ; John Green et David Levithan

Edition gallimard jeunesse
Edition gallimard jeunesse

Nous y voilà, Will & Will, j’ai beaucoup hésité à prendre ce livre je dois dire, mais j’avais en mains nos étoiles contraires et Qui es-tu Alaska ?  alors je me suis dis « fonce » !

SYNOPSIS

 

« Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de cœur portent la poisse, tout le temps. Alors, dans la vie, autant se faire discret. Son meilleur ami, Tiny Cooper, est à la fois une bénédiction et une vraie plaie : ami fidèle et rayonnant, il est aussi ouvertement gay que corpulent et n’as pas l’habitude de passer inaperçu.

À l’autre bout de la ville, une adolescent en pleine déprime assume mal sa différence. Le hasard veut qu’il se nomme lui aussi Will Grayson… »

LA COUVERTURE

 

Bon, pas grand chose à dire sur la couverture. Exactement dans le style John green pour ceux qui ont déjà lu nos étoiles contraires (un article arrive d’ailleurs sur ce livre juste après celui-ci, patience 😉 ), et franchement, j’aime bien cette simplicité ! La typographie est belle, les deux empruntes qui se recroisent collent bien à l’histoire. Bref, ça marche.

 

MON AVIS

Alors… Ce livre m’a laissé vraiment vraiment perplexe. Déjà en le commençant je n’ai absolument pas apprécié la façon d’écrire de David Levithan. Parce que oui, pour ceux qui ne le savait pas, ce roman est un roman à deux voix, dans les deux sens du terme. C’est à dire que l’on explore la vie de deux «Will Grayson » mais c’est également deux auteurs qui se départagent chapitre par chapitre ce livre.

Et il s’avère que pour moi, chaque chapitre écrit par John Green était une véritable bouffée d’air fraiche ! Pour commencer David Levithan n’utilise pas de majuscules. DU TOUT. Alors je sais ça fait un peu réac’ de pas aimer ça mais je sais pas … ça m’a dérangé, j’ai pas pu profiter pleinement de son écriture à cause de ça. Et si il n’y avait que ça, ça irais encore, mais j’ai pas vraiment aimé le personnage non plus …

 

En fait, en soit je n’ai pas trouvé les personnages particulièrement géniaux, j’ai même failli abandonner ce livre plus d’une fois. J’ai tenu bon pour deux raisons : Abandonner un livre au milieu c’est trop méchant pour l’auteur, et vous ! Je me devais de vous faire une revue sur ce livre qui m’a laissé vraiment perplexe 😉 . Finalement le personnage le plus intéressant est secondaire : Tiny. Même si l’histoire tourne autour de lui, et il a le don d’être quand même franchement énervant par moment …

 

Je n’ai donc pas particulièrement apprécié la lecture de ce livre en soit. Mais (oui parce qu’il y a toujours un mais 😉 ) la fin est absolument magnifique. C’est assez curieux d’ailleurs car elle tombe un peu comme un cheveux sur la soupe. Les personnages n’ont en fait pas de réelle cohérence selon moi, ils sont très « iréels ». L’identification est donc très difficile.

Au début j’ai détesté, à la fin je me sentais bien. En fait, le scénario est très intéressant et pleins de ressources non exploitées à mon goût mais on pardonne tout à ce livre quand on arrive au bout. Il laisse une belle impression d’amour et d’amitié.

 

En bref, une belle histoire d’amitié, d’amour, d’homosexualité et de souffrance. Mais attendez vous quand même à rester sur votre faim car pleins de parties de l’histoire ne sont pas explorées. A la fin j’avais presque envie d’envoyer une lettre à l’auteur : Et sa mère ? Et machin ? Et pourquoi ça ? Et comment ça ?

 

Je me suis retenue comme toujours aha 😉

 

« tiny : mais je suis tombé. j’ai atterri. et je me suis relevé pour me tenir ici, devant vous, et vous dire qu’il faut aimer ça. parce que pour vivre, il faut se jeter dans le vide. »

Dites moi si vous aussi vous avez eu ce sentiment de quelque chose de pas finis au bout du livre !

Will & Will vous laisse-t’il aussi perplexe que moi ?

Essayez une fois de le lire, à vendre ici sur amazon 🙂 :

Will et Will ; John Green et David Levithan

à bientôt pour de prochains livres, n’hésitez pas à me poser des questions,

Lisa

 

 

Booksandchocolate

Amatrice de livre comme de chocolat au delà de la limite du raisonnable !
Je dévore les deux sans compter et ma meilleure amie est ma carte de médiathèque … ;)

Laisser un commentaire